Les loups à leur porte, Jérémy Fel, Rivages Poche.

Publié le par Miss Charity

Gnark, gnark !

Gnark, gnark !

«Mais c'est en arrivant au niveau des marches du perron qu'elle se rendit compte avec stupeur que c'était quelqu'un d'autre qui se tenait de l'autre côté de la vitre, chez elle, un inconnu au corps recouvert de terre noire et dont les yeux braqués sur elle brûlaient comme des feux de forge.»

Le rire est le propre de l'homme. Mais l'espèce humaine se démarque aussi du reste du monde animal dans sa capacité à vouloir détruire ses congénères. Un lion bouffera certes les lionceaux dont il n'est pas le géniteur ou s'attaquera à un autre mâle pour défendre son territoire, mais on ne verra jamais un lion bouffer un autre lion, comme ça pour le plaisir, ou un chien bouffer un autre chien. Pourquoi ce préambule vaguement biologiste me direz-vous ?

Je viens de lire Les loups à leur porte de Jérémy Fel, un premier roman, qui vient d'être publié en poche. Pour dire la vérité, j'avais été attirée par le bandeau qui entourait l'ouvrage, signée Amélie Nothomb : «Ce livre m'a empêchée de dormir.» Diantre, si ce livre a donné des insomnies à la dame aux grands chapeaux, je devais absolument le lire, non ?

[Note pour plus tard : ça me fait penser que je dois écrire un truc sur le bandeau, l'ennemi du libraire.]

L'auteur utilise le procédé narratif du «roman choral» dans lequel une dizaine de personnage se racontent, et dévoilent un lien qui les unit. Le fil conducteur principal de l'histoire, c'est un fait divers qui eut lieu dans les années soixante-dix : le meurtre d'un couple de fermiers par leur propre fils, Daryl Greer, qui provoqua l'incendie de leur maison. Daryl Greer est un monstre, l'incarnation du Mal absolu. Daryl est un loup pour l'homme, et je retourne ainsi à mon introduction. Le principe du livre de Jérémy Fel, c'est que les loups sont très nombreux et que les différents narrateurs de cette histoire vont être les victimes de ces loups ou parfois y échapper (ouf).

Les loups à leur porte est un roman glaçant, où la vie est une jungle, et où vous êtes potentiellement une victime. C'est la lutte éternelle du bien contre le mal, mais ça marche, car le mal, ça fascine. En tout cas, vous aurez du mal à ne pas lire d'une traite ce livre diablement américain pour un auteur français et efficace, qui sait très bien jouer avec les peurs : le croquemitaine, une maison appelée Manderley, des créatures qui vous attendent une fois la nuit tombée... Et je suis presque en empathie avec Amélie, même si je n'ai pas eu d'insomnie.

-> Les loups à leur porte, Jérémy Fel, éditions Rivages poche, 8.80€.

-> Site de l'éditeur.

 

Et elle repensa à ces deux petits cercles qu'elle avait remarqués quand elle attendait Lucas dans la bibliothèque, et ils prirent dans son esprit bouleversé la consistance de deux verres de lunettes, les lunettes d'un homme accroupi à côté d'un arbre et que la lumière du porche faisait luire en s'y reflétant. Un homme qui, caché dans la nuit, savait qu'elle était à nouveau seule.»