En route vers toi, Sara Lövestam, Actes Sud

Publié le par Miss Charity

En route vers toi, Sara Lövestam, Actes Sud

La vie d'Hanna va être bouleversée lorsqu'elle va acquérir quatre objets dans un concours de circonstances plutôt rocambolesques : une paire de bottines, une vieille paire de lunettes rondes, une règle en bois et une broche en argent.

Hanna a une vie monotone, elle a parfois des crises de boulimie et sa mère adore l'humilier. Mais le jour où elle chausse ces bottines au charme suranné, c'est comme si ces dernières étaient douées d'un pouvoir magique capable de lui donner une force de caractère qu'elle ne possède pas d'habitude. Elle appelle d'ailleurs ses nouvelles chaussures "ses bottines radicales".

Comme les objets ont l'air assez ancien, Hanna imagine qu'ils ont peut-être appartenu à la même personne. Elle se lance alors dans une chasse au trésor, aidée d'un vieux commissaire priseur, qui la mènera à la découverte de la correspondance entre deux femmes, Signe et Anna.

Le récit fait ainsi voyager le lecteur dans le temps, alternant les chapitres sur Hanna et sur Signe Sivander, une jeune institutrice au siècle dernier. Autant Hanna s'apitoie sur son sort, autant Signe est une jeune femme volontaire. Elle déplore la condition des femmes et se plaint du fait que son homologue masculin soit mieux payée qu'elle... en 1906. Elle s'engage dans le combat pour le droit de vote des femmes et rencontre la belle Anna, qui partage les mêmes opinions politiques. Toutes les deux vont tomber follement amoureuses l'une de l'autre et entretenir une correspondance, que nous lit Hanna, reconstituant ainsi les trahisons et les drames qui ponctuent cette histoire d'amour. Même si Hanna et Signe semblent différentes, elles ont aussi des points communs. Signe se battait pour que les femmes aient plus de liberté et Hanna réapprend à utiliser cette liberté et son personnage évolue au fil de l'histoire.

Le point de départ de ce roman peut paraître assez fantaisiste mais Sara Lövestam arrive à faire croire au lecteur que tout est possible. D'ailleurs, la réalité dépasse parfois la fiction. La trame de cette histoire m'a fait penser au Madeleine Project de Clara Beaudoux, où elle raconte comment elle a reconstitué l'histoire de la vieille dame qui occupait son appartement avant elle, enquête qu'elle a d'ailleurs raconté sur Twitter avant d'en faire un livre.

Le roman a des résonances avec l'actualité. Autre coïncidence d'ailleurs : je me suis mise à le lire au moment où les islandaises appelaient à la grève pour protester contre l'inégalité des salaires. Le droit de vote a été acquis (conquis) mais le combat continue mesdames, surtout en ces temps obscurs où certains manifestent leur connerie et leur haine avec beaucoup de fierté...

Bref, ce livre m'a fait penser à beaucoup de choses, et m'a fait rire aussi. Je n'ai pas pu m'empêcher de retranscrire l'extrait où Hanna se rebelle contre sa mère. C'est un régal. Au delà de la grande Histoire, En route vers toi est aussi une très belle histoire d'amour !

J'ai eu la chance de défendre ce roman sur France Culture, lors de l'émission Le Temps des écrivains, consacrée à Pierre Guyotat, le samedi 12 novembre. L'extrait est à 53:40, si vous ne voulez pas écouter toute l'émission.

-> En route vers toi, Sara Lövestam, traduit du suédois par Esther Sermage, Actes Sud, 23.80€.

-> Site de l'éditeur.

-> Le Temps des écrivains.

- Je t'avais apporté une jupe aussi, mais comme tu t'es un peu épaissie depuis la dernière fois... Le plus urgent, de toute façon, ce sont les chaussures. Je te le dis pour ton bien. Tu ne voudrais quand même pas nous faire honte à tous, y compris à toi-même ?
Ce n'était pas la première fois que Viveca se permettait de dicter leur tenue à ses filles. On pouvait quasiment parler d'habitude. Par contre, la rage qui envahissait Hanna était toute nouvelle. Elle lui venait de ses pieds. Ou plutôt, de ses bottines.
- Tu veux dire que la tenue que je porte pour répondre à ton invitation "en tenue libre" n'est pas acceptable et que je suis trop grosse pour mettre les habits que tu as prévus pour moi ? s'exclama-t-elle.
Quelques mètres plus loin, deux personnes se retournèrent. Viveca la dévisagea. On lisait dans ses yeux de l'affolement contenu.
- Hanna ! chuchota-t-elle. Tu es devenue folle ?
- Tu voudrais que je fasse comme à ta dernière fête ? poursuivit Hanna, plus fort. Que, de rage, je déchire mon chemisier parce que tu ne l'as pas trouvé assez festif ? Ou comme pour tes cinquante ans, que je passe la soirée aux toilettes, en train de vomir ton gâteau d'anniversaire pour devenir aussi mince que ma sœur ? Je ne suis pas sûre de pouvoir faire les deux : déchirer et vomir... Déchirer ou vomir ?... Il faut quand même avoir une main libre pour s'appuyer quelque part.
Des quatre coins du salon, on leur lançait des coups d’œil en coin. (...) Viveca attrapa Hanna par la taille et tenta de l'entraîner loin des regards. Par chance, la taille de Hanna était plus solide que les biceps de sa mère.
- Je vous souhaite à tous de passer un très bon moment, dit Hanna en levant un verre de vin qu'elle venait de prendre sur le buffet.
Elle l'aval cul sec.
- En tout cas, moi, c'est ce que je vais faire. Auf Wiedersehen ! Adieu !

En route vers toi, Sara Lövestam, Actes Sud
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :