Shibumi, Trevanian, Gallmeister

Publié le par Miss Charity

Shibumi, Trevanian, Gallmeister

Moitié ascète, moitié vandale, vous n'êtes pas fait pour le pardon. (...) je vous résumerai ainsi - je vous réduirai à une définition : vous êtes l'antihéros médiéval."

Nicholaï Hel est un tueur à gage à la retraite et il a la réputation d'être un tueur d'exception. Il a connu une enfance assez hors norme, en Chine, puis il a vécu au Japon où il a parfait sa technique du jeu de go. Malgré ses origines européennes, il est asiatique dans sa façon de vivre. Polyglotte, doté d'un physique et de facultés remarquables, maîtrisant diverses techniques de combat, c'est un samouraï des temps modernes dont le but ultime est d'accéder au "shibumi".

"Comme tu le sais, Shibumi implique l'idée du raffinement le plus subtil sous les apparences les plus banales. C'est une définition d'une telle exactitude qu'elle n'a pas besoin d'être affirmative, si touchante qu'elle n'a pas à être séduisante, si véritable qu'elle n'a pas à être réelle. Shibumi est compréhension plus que connaissance.  Silence éloquent. Dans le comportement, c'est la modestie sans pruderie."

En gros, le livre raconte le combat entre Hel et la Mother Company, une organisation internationale qui a décidé de le supprimer. Construit comme une partie de jeu de go, ce roman est loin d'être un simple roman d'espionnage.

Écrit en 1979, il s'avère aussi être très moderne et visionnaire. Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'étais persuadée que le livre avait été écrit récemment (je ne connaissais pas Trevanian), même si certains éléments me semblaient "datés". Imaginer une organisation tentaculaire et invisible, ayant des intérêts dans les grandes compagnies pétrolières et de communication, ou l'existence d'un super ordinateur qui compile toutes les informations possibles et imaginables sur tous les individus de la planète, tout cela résonne de manière très actuelle.

A l'image de son créateur, Hel n'aime pas ses contemporains, ainsi beaucoup de passages égratignent, non sans humour, la société américaine et occidentale...

"Avec le temps, et non sans un certain étonnement, il sentit évoluer ses sentiments envers les Américains qui l'employaient. Non qu'il en vint à les aimer ou à leur faire confiance, mais il réalisa peu à peu qu'ils n'étaient pas les êtres amoraux et dépravés que suggérait leur conduite politique et militaire. En fait, ils manquaient de maturité culturelle, ils étaient rustres et sans tact, matérialistes et sans perspective historique, bruyants, mal élevés et désespérément ennuyeux dans leurs rapports sociaux ; mais au fond, ils étaient hospitaliers et généreux, désireux de faire partager - à n'importe quel prix - leur richesse et leur idéologie au monde entier."

Mais rassurez-vous, les autres nationalités en prennent aussi pour leur grade ! Seul le peuple basque trouve grâce aux yeux de Hel, qui vit reclus dans un château dans les Pyrénées. Cet anti-James Bond est aussi un féru de spéléologie, occasion pour l'auteur de faire des digressions sur les beautés du monde souterrain.

Shibumi a été une grande découverte pour moi. Hel se révèle être un personnage parfois antipathique mais diablement troublant et surtout fascinant. C'est un roman aux multiples portes, qui vous fera découvrir énormément de choses, et vous aurez beaucoup de mal à le quitte : un bon moment de lecture en perspective !

Tout simplement culte, tout simplement jouissif !

-> Shibumi, Trevanian, éditions Gallmeister (Totem), traduit de l'américain par Anne Damour (mon dieu, quel nom !), 11€.

-> Site de l'éditeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :