Cassandra, Todd Robinson, Gallmeister

Publié le par Miss Charity

"Je ne supporte pas les brutes, même si mon métier consiste à être la pire brute du quartier."

Boo travaille avec son meilleur ami Junior comme videur dans un bar de Boston, le Cellar. Tous les deux se connaissent depuis l'orphelinat, et il faut dire que ces deux gars en impressionnent plus d'un avec leurs tatouages et leurs kilos de muscles.

Un jour, on leur propose une drôle de mission : ils sont chargés de retrouver une adolescente fugueuse, Cassandra, qui se trouve être la fille du procureur de la ville, rien que ça. Même si les deux gus sentent venir le coup fumeux, ils décident d'accepter ce job - 25000 dollars de récompense, ça ne se refuse pas ! - et Boo n'est pas insensible au charme de Kelly,  la collaboratrice du procureur... Bien évidemment, l'enquête va partir en eau de boudin.

Boo et Junior sont des personnages comme on les aime : extrêmement attachants, drôles, humains. Ils ont connu beaucoup de galères et pas mal d'horreurs aussi, comme on l'apprend au fur et à mesure du récit. Et puis il y a aussi toute une galerie de personnages secondaires qui gravitent autour d'eux : Underdog, un camé qui cache bien des secrets, Twitch, un autre ami connu à l'orphelinat un peu sociopathe... Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment, en plus d'une intrigue bien ficelée, et j'ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir, quasiment d'une traite, en espérant revoir bientôt Boo et Junior dans d'autres aventures.

-> Cassandra, Todd Robinson, traduit de l'américain par Laurent Bury, éditions Gallmeister, 17,50€.

-> Site de l'éditeur.

- Junior, c'est pas ton prénom ? C'est quoi ton prénom ?
Ma voix, restée si longtemps inutilisée, sonnait plus comme un coassement de grenouilles que comme le fausset des autres garçons de mon âge.
- Waouh ! Tu peux parler ! (Il éclata de rire et battit des mains.) Junior, c'est un diminutif. Le diminutif de Junior Menthe, comme les bonbons. Un jour, on est allés au cinoche et j'en ai bouffé tellement que j'ai dégueulé. (Ce souvenir le fit sourire. Puis un autre souvenir remonta et le sourire s'évanouit.) Mes frères, après ça, ils se sont mis à m'appeler Junior Menthe.
Une profonde souffrance obscurcit son visage à la mention de ses frères. Il n'en a plus jamais reparlé.
Le reste, c'est ma vie. Boo Radley et Junior Menthe. Mes premiers mots en deux ans, je les ai adressés à Junior. Je n'aurais peut-être jamais parlé si je ne l'avais pas rencontré. Je ne sais pas. Je n'avais pas envie de lui parler alors qu'il était allongé sur son lit d'hôpital. Il fallait que les prochains mots échangés entre nous viennent de lui. Je ne savais pas quoi dire, de toute façon. Donc, je me contentais de tenir la main de mon frère.

Extrait page 354

Cassandra, Todd Robinson, Gallmeister

Publié dans Noir c'est noir