Chez soi, Mona Chollet

Publié le par Miss Charity

"On n'a pas le droit d'habiter sa maison, sous peine de se heurter à une censure immédiate. On n'a le droit que de la consommer. On retrouve là le double standard moral dont notre société est prisonnière : dureté envers soi-même, exigence de rendement, mortification et sacrifice dans la plupart des domaines de la vie ; satisfaction immédiate de tous les désirs, réconfort et consolation dans le seul domaine de la consommation."

Après un essai sur la réalité (La tyrannie de la réalité) et sur l'image de la femme dans la publicité (Beauté Fatale), le nouveau sujet de réflexion de Mona Chollet concerne la maison. L'auteur se définit volontiers comme casanière, un caractère plutôt mal perçu dans notre société, où il est de bon ton d’être « overbooké », et où aimer ne rien faire constitue un aveu d’échec voire de bizarrerie...

"Beaucoup, sans être artistes, éprouvent un besoin tout aussi régulier de solitude. Mais il leur sera très difficile d'en imposer la légitimité. La société continue de prendre cette revendication comme un affront. Vouloir rester chez soi, s'y trouver bien, c'est dire aux autres que certains jours - certains jours seulement-, on préfère se passer de leur compagnie ; et cela pour se consacrer à des occupations ou, pire, à des absences d'occupation qui leur paraîtront incroyablement vaniteuses ou inconsistantes."

Ainsi, à travers ce thème de la maison, la journaliste aborde de multiples sujets car la maison est au centre de beaucoup de choses. Qui dit maison dit ménage et se pose donc la question de l’égalité homme-femme ; être casanier c’est aussi accepter de « perdre » ou de prendre son temps et se pose alors la question de l’appropriation de notre temps de loisirs et de travail ; vivre dans un intérieur à notre époque n’empêche pas la société de rentrer dans notre intimité via les réseaux sociaux – et l’auteur ne cache pas non plus son addiction à ces réseaux - ; la maison implique aussi la notion de propriété – ou pas - et renvoie aux problèmes de logement, etc.

Architecture, condition féminine, résistance politique, critique de la société marchande, revenu garanti, autant de thèmes abordés par l'auteur, comme dans ses précédents essais. Comme d'habitude, c'est bourré de références littéraires, philosophiques (avec quantités de citations que j'avais envie de recopier !), de liens vers des blogs ou des vidéos sur youtube, de commentaires sur les réseaux sociaux ; ça part dans tous les sens mais cela ne manque pas de sens.

La société décrite par Mona Chollet est effrayante - du moins si vous avez une vision disons "de gauche" même si ce terme ne veut plus vraiment rien dire... - mais les solutions existent et des ouvrages tels que les siens m'aident beaucoup à (essayer) de résister, ou au moins à ouvrir les yeux.

"Dans une société où nous sommes sans relâche arrachés à nous-mêmes, comment aller vers soi sans encombres ?" (Raoul Vaneigem).

-> Chez soi - une odyssée de l'espace domestique, Mona Chollet, La Découverte, 17€.

-> Lien vers le site de l'éditeur.

 

Chez soi, Mona Chollet

Publié dans essais